lundi 22 décembre 2008

MIOSSEC... UNE REVELATION !

Brestoise d’adoption, j’étais réfractaire à Miossec jusqu’à maintenant. Quand on parle de Brest, invariablement, i l y est associé comme Kersauson. J’en avais l’image d’un auteur-compositeur- chanteur mal à l’aise devant une caméra ou embarrassé à répondre aux questions d’un journaliste, les doigts jaunis par le tabac ou une bière à la main. Alors, quand j’entendais parler par ci pour par là de lui, je n’écoutais pas, je décrochais, à cause de l’image que je m’imaginais de lui.

Mon mari avait tenté à plusieurs reprises de me faire écouter… vainement. Lui étant brestois pure souche, j’y voyais un coté « je suis fier », un engouement régionaliste. Têtue, bernée, je m’obstinais « Miossec, ne m’en parle pas ! ».

Par hasard ou chance, mon lecteur MP3 a rendu l'âme il y a quatre jours, aussi j'ai pris celui de mon mari. Et là, miracle, la magie des mots, de la musique Miossec a opéré ! Sublime, des mots choisis avec une précision religieuse, la délicatesse d'un poète, le regard d’un être sensible qui volent comme posés sur des superbes musiques. Une découverte, une illumination, un envol, cette chose indéfinissable qui vous prend les tripes, le cœur, la pensée, l’esprit !

L’amour décliné sous toutes ses formes : l’amour interdit, l’amour inaccessible, l’amour brisé, l’amour sensuel, l’amour purement physique de la chair, d’une nuit, d’une rencontre, l’amour que l’on désire ou celui qui nous consume lentement même si on le renie… chanté avec des mots tendres ou crûs.

Un bonheur, un régal ! J’ai rencontré le vrai Miossec timide, mal à l’aise pour la « communication marketing » qui cache une hypersensibilité à fleur de peau et qui la dévoile dans ses chansons.

J'écoute, je me nourris de ses textes de sa musique, il me plonge dans un univers où je me sens à ma place, un monde où on parle de tout sans tabou, où chacun existe avec ses défauts, ses désirs, sa vie en cloche-pied…

La sensibilité qui en ressort me donne envie d'écrire des nouvelles sur les relations, les sentiments, l’amour… imaginé, rêvé, vécu, qui change la vie, qui vous blesse à jamais ou celui qui vous donne des ailes, sur ce qui fait ou défait des projets. Décortiquer l’âme humaine : belle ou vilaine, perverse ou sensible, généreuse ou odieuse, gentille ou calculatrice…

samedi 5 avril 2008

PROJET DE VIE



Notre vie est faite de moments où le vent tourne,des tournants de vie où l'on se sent prêt à se lancer dans un projet et s'y investir.


Ne plus pouvoir travailler pour moi était un fardeau que je portais difficilement.

J'avais envie malgré mon handicap d'avoir une reconnaissance sociale . Cette reconnaissance sociale pour moi passait par une activité rémunérée.

Pourquoi ?

Pour pouvoir dire cet argent, je l'ai gagné par mon travail !

Il était difficilement envisageable de travailler dans une "entreprise"classique. Quel employeur prendrait une personne quelques heures par semaine, sachant que cette dernière devrait être libre de ses horaires au vu de son état de santé ?


S'attacher à ce type d'idée était donc impossible.

De plus, au vu mon vécu (ma fibro) je ne me voyais pas m'intégrer dans une entreprise. Non, il me fallait une activité portée vers les autres.

Mais quoi ?

Mais depuis que j'arrive à gérer mes douleurs, mon projet de vie a eu le temps de mûrir, de se paufiner.

Pourquoi ne pas aider les autres à mieux gérer leurs douleurs ?
Si moi, j'y suis arrivée, je pense que d'autres peuvent.

Donner aux autres les moyens de mieux vivre leurs douleurs ! C'était limpide et cela coulait de source.
Et depuis, je lis de plus en plus.

J'absorbe telle une éponge toutes les lectures qui traitent de la gestion de la douleur par l'hypnothérapie, la connaissance suggestive de soi même.

Voilà mon projet de vie.
Je m'y consacre entièrement et j'espère fortement qu'il portera ses fruits.








samedi 29 mars 2008

HYPNOSE ERICKSONIENNE




L'autre jour, je vous ai dis que je pratiquais quotidiennement l'hypnose Ericksonienne.

Je pense que des explications à ce sujet sont utiles.

D'abord, l'hypnose Ericksonienne n'a rien à voir avec l'hypnose de "spectacle: fermez les yeux et maintenant vous dormez !".


Pour vous donner des exemples, quand vous conduisez et qu'au bout d'un moment, vous pensez à autre chose et vous vous demandez ensuite "tient je suis déjà arrivé là" . Pendant ce laps de temps, vous étiez sous hypnose sans le savoir.L'hypnose est un phénomène naturel (prouvé par imagerie médicale pour les sceptiques...).


"C'est un état dans lequel nous nous trouvons régulièrement plusieurs fois par jour suivant un rythme de 90 à 120 mn. Dans cet état notre cerveau et notre esprit fonctionnent différemment de l'état de veille et cela nous permet de faire des choses impossibles à faire autrement. Quand on est dans cet état, on dit que l'on est en transe, ou dans une transe hypnotique.


Il nous arrive d'entrer spontanément en transe hypnotique quand nous regardons un film intéressant, quand nous faisons du jogging, ou quand nous conduisons sur l'autoroute, par exemple. La transe hypnotique est quelque chose de totalement naturelle que, comme monsieur Jourdain, nous connaissons tous sans le savoir. "


"L'hypnose n'est pas le sommeil. Dans la transe légère (voir ci-dessous) utilisée en hypnothérapie, le sujet reste toujours conscient, il entend tout, il comprend tout. Même dans des états plus profonds, alors que la conscience semble ne plus être là, l'esprit inconscient reste toujours actif, il entend et comprend ce que le thérapeute dit et il peut répondre, ce qu'il ne peut pas faire pendant le sommeil.


L'hypnose n'est pas la relaxation. Bien que l'état hypnotique soit généralement perçu comme fort agréable par celui ou celle qui l'expérimente, il est tout à fait possible d'entrer en transe debout, les yeux ouverts, chez le dentiste, ou en souffrant d'une douleur persistante. Il n'est pas nécessaire d'être détendu ou relaxé pour entrer dans l'état de transe, il n'y a rien de commun entre la relaxation et l'état hypnotique. "




LES BIENFAITS DE L'HYPNOSE :

développer l'estime de soi et la confiance en soi,

gérer ses douleurs,

améliorer la qualité du sommeil,

apprendre à gérer son stress,

"guérir" le mal-être indéfinissable, gérer ses tensions comme les émotions ,

évidemment liste non exhaustive....



Vous comprenez donc que l'hypnose Ericksonienne nous aide nous fibromyalgiques.

Je suis très contente d'avoir acquis ces connaissances et de pouvoir maîtriser à mon niveau l'hypnose Ericksonienne.

Evidemment, je n'ai pas le niveau d'un praticien ou thérapeute car jen'ai pas les diplômes mais mon vécu, mes scéances, mon stage, mes lectures me permettent d'avoir une maîtrise pour la gestion de la douleur, la "récupération" d'un peu de forces au quotidien et bien d'autre choses.

J'ai beaucoup plus en confiance en moi.


J'ai eu plusieurs fois la chance d'être en transe hypnotique (toute seule en auto-hypnose chez moi) et c'est un bonheur indéfinissable : une quiétude, un apaisement, c'est tout simplement magique !



mardi 18 mars 2008

LIVRES TRAITANT DE LA FIBROMYALGIE




Nombreux sont les médecins qui ont écrit des ouvrages sur le fibromyalgie.

Eh oui, nous avons été étudié à la loupe tels des insectes au microscope.


Les premiers à nous avoir étudié parlaient de nous en terme psychiatrique. Puis heureusement, des rhumatoloques, des chercheurs se sont intéressés à nous. Ce qui a permis d'éloigner la camisole...et l'internement en psy.


Fort de leurs expériences en tant que médecins pour certains, ils nous livrent des constats, des fondements, des hypothèses, et il est parfois assez dur de s'y retrouver tant certains avis divergent.

On peut se retrouver perdu dans ce labyrinthe médical où les explications et les hypothèses les plus farfelues nous sont décrites !

Vous tapez "livres fibromyalgie" sur votre moteur de recherche et là un nombre impressionnant de résultats apparaît. Je suppose que comme moi vous l'avez fait à de nombreuses reprises et que vous avez du vous laisser tenter également par l'achat du livre.

Internet nous permettant de commander en ligne et de se faire livrer qques jours plus tard, la tentation est grande.

Aussi, ma bibiliothèque comporte une petit dizaine de livres sur la fibromyalgie et dès qu'un nouveau livre est publié sur le sujet, c'est rare que je ne l'achète pas.

Est ce que ces livres m'ont apporté qque chose ? M'ont-ils aidé à mieux comprendre la maladie? à la vivre ?

Ce sont là les questions qu'il faut se poser.

Pour y répondre :
certaines de mes lectures m'ont permis de mieux appréhender la maladie mais aucune ne m'a donné de "solutions miracles" ou l'explication de l'origine de la maladie. Cette explication que nous attendons tous.

S'agit-il une défaillance de notre corps par rapport à notre environnement?
Sûrement.

Quels sont les impacts du stress, des intoxications au mercure et au plomb ???

Aucun livre ne donne la solution mais sa version.
























jeudi 24 janvier 2008

HELLO EN CETTE FIN D'AM...


Bonjour tout le monde,

aujourd'hui je prends la plume assez tard pour vous donner de mes nouvelles (c'est quand même plus joli que de dire je pose mes petits doigts sur le clavier...).

J'ai lu les derniers commentaires que vous avez laissé : Marie, Nadège, Lolote...

Je suis très touchée que vous preniez du temps pour les laisser.

En lisant ceux de Marie et de Nadège concernant le travail ou plutôt l'incapacité à ne plus pouvoir travailler et le cas échéant à quel prix, ma dernière consultation au centre anti-douleurs m'est revenue à l'esprit : pas de bons souvenirs, loin de là !


Ce cher médecin du Centre Anti-Douleurs m'a soutenu que ma place n'était pas en invalidité (car non active) mais au travail !

Il m'a tenu ces propos " Qui paiera votre retraite ? Pourquoi vous ne voulez pas travaillez ?"

Je lui demandé si devant une personne atteinte d'un autre type de maladie, son discours aurait été le même :

Sa réponse a été la suivante:
"Vous n'êtes pas MALADE!".


Je me suis mise à pleurer.

Réaction de ce dernier :
" Vos états d'âme, j'en ai rien à faire! Je suis là pour avoir des CHIFFRES, des résultats !"


Serions-nous du bétail ?

Y'a t- il des quotas fixés dans les Centres Aniti-Douleurs pour les fibromyalgiques :
pour 5 qui viennent consulter, 4 doivent retravailler !!!!!


Pourquoi les médecins ne veulent-ils pas ouvrir les yeux sur notre épuisement et sur notre incapacité à travailler ?

Croient-ils que ca nous fasse plaisir de se demander comment on va t'on vivre financièrement dès lors que les arrêts maladie vont s'enchaîner et qu'au bout d'un certain temps l'invalidité arrivera ?

Savent-ils à combien s'élèvent les aides pour personnes handicapées ?


Juste une précision, ce médecin à ma première consultation avait été compatissant : " ah, jevous comprends" et il me disait qu'il était là pour me soutenir !

De même à cette première consultation, il m'avaitdit "Faites vous plaisir, allez au cinéma, eu restaurant, sortez de chez vous, allez en ville prendre un thé avec des amies !".


OK, moi, je veux bien , mais tout ca c'est pas gratuit si? Ah, c'était peut-être remboursé par la Sécu ?
Se faire plaisir serait-ce le remède à nos douleurs ?

Je sais que certains médecins gagnent très bien leur vie mais savent-ils que n'est peut-être pas le cas pour leurs patients ( surtout quand ces derniers sont de surcroît en invalidité) et que l'on ne peut pas se permettre des sorties à tout va.

Et bien même si c'était le cas, il faudrait avoir la forme physique pour le faire!

J'aurai pu encore mettre ce message dans celui de mes coups de gueule....






mercredi 23 janvier 2008

IMPACTS SUR LES ENFANTS



Quand un des parents est malade, n'importe quelle que peut être la maladie, les impacts sur les enfants sont loin d'être négligeables. Sans vouloir faire une étude des répercussions psychologiques, il faut quand même souligner des points non négligeables.


Les enfants doivent grandir plus par eux mêmes car ils doivent être plus autonomes. Quand le parent malade ne peut pas faire quelque chose, répondre à la demande de l'enfant, ce dernier doit le réaliser lui-même.

Avec ma fibromyalgie, je sollicite davantage mes filles pour m'aider car quand mon mari ne peut pas m'aider c'est à elles de prendre le relais.

Un exemple tout bête : elles m'aident si j'ai du mal à marcher et que je n'ai pas ma canne.

Leurs copains/copines ne comprennent pas toujours
"-Quoi, ta maman doit se reposer en pleine après-midi !". Alors ,elles doivent expliquer que leur maman a un maladie et qu'il faut qu'elle se repose tous les jours...

-"Ta maman peut nous conduire?" ben non, car la maman ne conduit plus faute de réflexes...

Je sens que mon aînée de 14 ans se rebelle d'une certaine façon, elle a quelquefois marre que je sois pas une maman comme les autres.

Je sais que c'est difficile pour elle defaire attention à certaines choses : le bruit par exemple quand je suis en crise. Elle sait que je ne peux pas me permettre de faire certaines activités avec elle ( ex : se promener toute une après-midi sans mereposer) car c'est au dessus de mes forces. Et si j'y arrivais, tant bien que mal, je le paierai chèrement les jours suivants.

Je me pose la question de savoir si elle n' a pas un peu honte de moi par moment, car quand j'ai mes neuropathies, je remue mon bras et/ou ma jambe, ce qui surprend généralement !

C'est certain qu'elles seront" marquées" toute leur vie future par cette enfance différente.

Ce dont je suis sûre, c'est qu'elles sont épanouies et heureuses. N'est ce pas l'essentiel ?

mardi 22 janvier 2008

TRAITEMENT



Comme vous le devez savoir il n'existe pas de traitement miracle pour la fibromyalgie. Elle fait partie d'une de ces nombreuses maladies pour lesquelles il n'existe pas de traitement.


Chaque traitement médicamenteux est spécifique à chaque personne. Pour certaines, le TOPALGIC ou l'IXPRIM aideront à diminuer les douleurs pour d'autres rien !

Donc il faut tatonner longtemps !

En ce qui me concerne, d'un point de vue antalgique, une bonne partie du Vidal y est passé....


Mon traitement actuel repose sur du LYRICA, MONOALGIC, PARACETAMOL, RIVROTIL, NOCTAMIDE, LEVOCARNYL, MAGNE B6, Vitamines, FORLAX.
Des médicaments à prendre le matin, le midi, en fin d'AM, au dîner et au coucher!
Attention : ce n'est pas parce ce je prend ce traitement qu'il va correspondre à quelqu'un d'autre !

En période de fortes crises, je fais prends de la cortisone... étonnant mais ca diminue un peu certaines des douleurs.

Il faut aussi ACCEPTER la maladie (eh oui, je sais pas évident), et MEME SI CA FAIT MAL tenter de faire de la rééducation à l'effort.
Car pour nous fibromyalgiques, moins nos muscles travaillent, pires sont les douleurs.

Faire de la relaxation, pour ma part c'est un "mixte" d'hypnose Ericksonienne et de sophrologie...

Pour d'autres, l'acupuncture par exemple aidera.

Enfin, beaucoup préconisent le soutien psycholgique pour surmonter les douleurs. Je confie tout à mon médecin généraliste. Il a donc droit à mes états d'âme, mes coups de déprime,...

C'est un peu à chacun de "trouver" ce qui va lui permettre de "stabiliser" ses douleurs.

J'ai une chance énorme d'avoir un médecin en or ( si, si, je vous l'assure) qui me soutient et m'a toujours aidé.

MON MEDECIN, MON SOUTIEN...

Quand je dis que te tiens le coup tant bien que mal c'est évidemment grâce à mes enfants et mon mari mais aussi grâce à mon médecin généraliste.

C'est lui qui me suit depuis 2002 et j'ai la chance d'avoir un médecin compétent, à l'écoute et qui ne m'a jamais laissé tomber contrairement à d'autres médecins.
Quand je me suis prise des claques par les spécialistes, à chaque fois il m'a "ramessé" à la petite cuillère pour m'aider à me remettre d'aplomb.

Avec lui, je peux parler de tout : des enfants, du problème de ne plus avoir de vie sociale.

Quand le moral ne va pas, je l'appelle et je craque alors dans son cabinet.

Au fil du temps, on a établi une relation de confiance et je lui demande souvent son avis sur beaucoup de choses.

Par exemple, il a été informé en premier de mon désir de créer ce blog et il a trouvé l'idée bonne. Faire sa "thérapie " de la maladie en ligne, pourquoi pas !

Alors, merci à vous, mon cher Docteur. Merci pour tout

LE DIAGNOSTIC DE LA FIBROMYALGIE ET SA COMPLEXITE



Ce qui va suivre est un résumé de ce que l'on trouve sur des sites médicaux.
Avant tout chose, je m'adresse à certains médecins pour leur dire : non, la fibromyalgie n'est pas maladie fourre tout et d'arrêter de mettre l'étiquette fibromyalgie quand ils ne savent pas ce qu'ont leur patients. Ce n'est pas parce que quelqu'un se plaint de douleurs diffuses qu'il est fibromyalgique. Arrêtons avec cà !
On parle de plus en plus de pistes génétiques et/ou environnementales pour la fibromyalgie.

Ce qui suit provient du site vulgaris-Medical, références : Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris :
Les critères qui permettent de poser le diagnostic de fibromyalgie ont été élaborés et validés en 1990 par le Collège américain de rhumatologie (ACR).
Ce n'est qu'en 1992 que l'OMS a reconnu cette maladie comme rhumatismale, alors qu'elle était auparavant considérée comme une maladie psychiatrique par les médecins du fait de sa rareté, touchant principalement les femmes, pouvant donner une certaine atteinte comportementale et n'ayant aucune trace biologique, ce "syndrome" fut attribué à tort à l'hysterie des femmes.
Dans les années 1990, une déficience dans certains neurotransmetteurs ( substance P) est identifiée qui serait impliquée dans la mécanique biochimique de la maladie. De plus en plus d'hommes sont atteints (1 homme pour 8 femmes).
En 2006 , une étude démontre à l'IRM fonctionnel une activité anormale dans la partie du cerveau qui traite la douleur chez les fibromyalgiques, inexistante chez les personnes non atteintes. Une cause exclusivement
psychiatrique et/ou psychologique est donc exclue, entre autre du fait qu'actuellement on sait que seul le tiers des fibromyalgiques souffrent d'un problème de cet ordre.
La fibromyalgie n'a pas de cause "démontrée".
A partir de 2000-2004, les scientifiques se penchent de plus en plus vers des désordres de natures immunochimique et environnementaux, compte tenu de la résurgence surprenante de cas. Une atteinte du système nerveux central et un dérèglement neuronal ont été largement constatée chez les fibromyalgiques. Une composante psychosomatique chez les fibromyalgiques est évidente. Ainsi, en situation de stress, un fibromyalgique ressent une agravation de la plupart des symptômes en quelques instants, alors qu'une personne saine ne ressent rien mis à part des palpitations cardiaques et des mains moites.Il semble exister une perception différente de la douleur chez le fibromyalgique, avec en particulier, un seuil de perception plus bas.
Le mécanisme de ce fait est toujours débattu.
Visiblement il semblerait cohabiter 2-3 types bien distincts de fibromyalgies vraisemblablement une cause "naturelle" (la forme dite "rare" de ce syndrome) et le cas résurgent actuel pouvant être divisé en 2, une forme de fibromyalgie et une forme de fatigue chronique
La dégradation de la posture causée par la dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire*, elle-même due à une occlusion dentaire défectueuse, joue un rôle étiologique dans la forme de fatigue chronique. L'épuisement généré à terme par les contractures musculaires résultant d'une posture vrillée contribue au syndrome de fatigue chronique rendant tout effort musculaire pénible, voire impossible. En outre, la majorité des personnes atteintes ont une antériorité de traitements d'orthodontie, souvent avec extractions, ayant déséquilibré l'occlusion et la posture qui fonctionne comme une roue voilée.
Il y a eu ces 10 dernières années (depuis 1995) une résurgence importante (surtout depuis 2000) de ce syndrome, de plus en plus de jeunes (moins de 30 ans), certains diront "c'est la cause d'un meilleur diagnostic" sauf qu'il y a eu entre "150-200% de nouveaux" cas en moins de 7 ans, loin d'une histoire d'anciens fibromyalgiques en attente de diagnostic.
Épidémiologie : Une moyenne (mondiale) de 2 à 10 % (selon les pays) de la population des "pays industrialisés" sont touchés par cette maladie (2% de la population américaine avec une prédominance féminine nette.En France un rapport gouvernemental donne une prévalence française estimée à 3,4 % chez la femme et à 0,5 % chez l'homme,La fibromyalgie constitue 10 à 20% des motifs de consultation dans certains services de rhumatologie.

On commence à parler de multi-fibromyalgies.
Certains travaux de recherches biologiques font état de sous catégories
.

Causes :
Je me permets d'intervenir afin de vous indiquer que les * ajoutés sont là pour indiquer que je souffre de qui est écrit ( il risque d'en avoir un sacré paquet...)

Interrogatoire du patient :
Des troubles du sommeil* sont fréquemment décrits (quasi-totalité des patients). Le sommeil apparaît léger, fragmenté et le patient se lève fatigué après un réveil difficile. Il est quelquefois possible de rencontrer, en plus du syndrome fibromyalgique, un syndrome d'apnée du sommeil, susceptible de s'accompagner d'assoupissements*, de demi-sommeil* durant la journée. Il s'agit d'anomalies du sommeil en terme de qualité pouvant expliquer la survenue de certains symptômes tels que la fatigue générale, le stress ou les douleurs musculaires.

Le syndrome du côlon irritable* fait également partie du tableau clinique du patient fibromyalgique : un tiers d'entre eux en sont atteints. Cette affection est le résultat d'une perturbation de la motricité de l'estomac et des intestins se caractérisant par un ballonnements associé à des douleurs abdominales au cours desquelles le patient, le plus souvent, présente des diarrhées ou au contraire à une constipation. On a remarqué, chez les patients atteints de fibromyalgie, un taux de sérotonine inférieur à la normale. La sérotonine est un neuromédiateur qui est donc, de ce fait, particulièrement incriminé dans la fibromyalgie. Il semble exister au cours de cette affection une relation étroite entre les troubles digestifs concernant le côlon (gros intestin) et les perturbations neurologiques rencontrées dans la fibromyalgie. Neuromédiateur, appelé également neurotransmetteur (substance transmettant l’influx nerveux entre les neurones, ou entre un neurone et un muscle), la sérotonine a une constitution chimique de type aminé. La sérotonine est synthétisée (fabriquée) par les cellules de l’intestin mais on la retrouve dans la plupart des tissus de l’organisme. La sérotonine participe à de nombreux mécanismes. Elle agit sur les processus nerveux et vasculaires et sur la contraction des muscles lisses (muscles de la plupart des viscères et des artères, possédant des contractions automatiques, à la différence des muscles striés du squelette permettant les mouvements volontaires). La sérotonine est transportée par les plaquettes sanguines, puis stockée dans la plupart des tissus où elle transmet des informations du système nerveux central (cerveau et moelle épinière).

La dysautonomie fait partie du syndrome fibromyalgique. Le terme dysautonomie signifie : fonctionnement anormal du système nerveux autonome. De quoi s'agit-il ? La dysautonomie correspond à un trouble du passage de l'excitation nerveuse au niveau du nerf vague (appelé également nerf pneumogastrique). Ce nerf permet la transmission des sensations et des ordres aboutissant aux muscles à l'origine des mouvements du pharynx, de l'estomac, du larynx, du cœur, du foie et des intestins. Ceci aboutit à l'amphotonie, qui est un excès de tonicité portant sur les deux systèmes : le nerf sympathique et le nerf vague.
En pratique, c'est-à-dire au cours de la consultation médicale et plus précisément de l'examen physique du patient, on constate la présence d'anomalies de la circulation cutanée, plus précisément de la microcirculation (petits vaisseaux sanguins) de la peau. Ces perturbations se caractérisent par une modification de la vasoconstriction. Au cours de la fibromyalgie, ce mécanisme est perturbé. Les patients présentent plutôt une vasoconstriction (diminution du calibre des vaisseaux) qu'une vasodilatation (ouverture du calibre des vaisseaux). Ce phénomène est susceptible d'expliquer la sensibilité accrue des points caractéristiques (points de Yunus) de la fibromyalgie. L'hypotension orthostatique, c'est-à-dire le fait que le patient présente une chute de sa tension artérielle en passant de la position allongée à la position debout par exemple, est également significative de la perturbation du fonctionnement de son système nerveux autonome. Une accélération de son rythme cardiaque durant le sommeil (normalement, ce rythme doit diminuer durant le repos nocturne) traduit également une perturbation des systèmes de régulation neurologique de son organisme.
Enfin, en période de stress, paradoxalement, le rythme cardiaque du patient fibromyalgique diminue alors qu'il augmente chez un patient ne présentant aucune affection du système nerveux autonome.

L'examen clinique :
Il consiste à palper le patient, et plus exactement à effectuer une pression à l'aide d'un doigt sur certains points de l'organisme dont la localisation est bien précise. Ces zones portent le nom de points de Yunus. Cette pression ne doit pas dépasser 4 kg par centimètre carré (correspondant au blanchiment de la partie située en dessous de l'ongle du doigt de l'examinateur).Les points où doit s'exercer la pression du pouce de l'examinateur sont les suivants (il s' agit de 9 régions bilatérales du corps) : - Occiput à l'insertion des muscles sous occipitaux (base du crâne) - Bord supérieur du muscle trapèze - Zone située entre la cinquième et sixième côte (en avant) - Omoplate (bord interne) - Articulation entre la deuxième côte et le sternum - Coude - Fesse (partie supérieure et externe de la fesse) - Hanche (trochanter) - Intérieur du genou

Le nombre des zones douloureuses est variable selon l'état psychologique et somatique (organique) du patient.

Ainsi, en cas de fatigue, de manque de sommeil, ces points sont susceptibles d'être plus nombreux.
Par comparaison, certaines zones ne sont pas douloureuses. Il s'agit entre autres du front, de l'avant-bras et de l'avant de la cuisse. Le reste du corps ne présente pas d'anomalie.
Par contre en ce qui concerne le système nerveux neurovégétatif (sympathique et parasympathique : système nerveux autonome) il n'est pas possible d'en dire autant.

En effet, chez certains patients atteints de fibromyalgie on constate que le fonctionnement du système nerveux neurovégétatif* est perturbé.

L'examen neurologique dans ce cas est susceptible de montrer une perturbation des tests utilisés pour mettre en évidence un éventuel dysfonctionnement (mauvais fonctionnement) du système nerveux neurovégétatif. Ceci est en faveur d'une fibromyalgie.
En théorie, pour poser un diagnostic de fibromyalgie le patient doit se plaindre d'au moins 11 sur 18 points douloureux (critères de l'Américan college of rheumatology) à la palpation (point de Yunus).

Néanmoins il ne s'agit pas d'une règle absolue car certains patients, avec moins de points douloureux et plus de douleurs régionales, peuvent être considérés comme susceptibles d'être atteints de fibromyalgie.À partir de quels critères est-il possible d'avancer qu'un individu ne souffre pas de fibromyalgie ? Les symptômes sont fluctuants chez certains patients alors que chez d'autres la douleur et la fatigue persistent malgré le traitement. La difficulté essentielle pour avancer un diagnostic de certitude de fibromyalgie réside dans le fait que certains points de Yunus peuvent être plus ou moins sensibles quand on les palpe. Autrement dit chaque personne possède un seuil de douleur différent. Il existe une technique utilisée pour objectiver cet état de fait. La palpation de certaines zones du corps doit normalement être indolore. Il existe plusieurs zones normalement indolore à la pression : la partie dorsale de la main et plus précisément la dernière phalange du majeur, le front, le tiers moyen de la clavicule, la malléole interne. Si un patient se plaint d'une douleur à ce niveau c'est-à-dire quand on appuie avec un doigt sur une de ces zones, le diagnostic de fibromyalgie doit être remis en cause. Dans ce cas un autre diagnostic doit être envisagé et plus précisément une perturbation psychologique essentiellement ou plus rarement une atteinte du tissu osseux (faire pratiquer dans ce cas, au minimum, une ostéodensitométrie).
Les fibromyalgies se présentent sous diverses formes de douleurs chroniques *(douleurs franches, douleurs diffuses*, sensations de brûlures,* de coup*s, d'ecchymose, d'écrasement*, d'arrachage*, etc.) des muscles* du squelette, des tendons *et moins fréquemment des articulations*, pouvant toucher tout le corps ou partiellement (quadrant), plus fréquemment le dos, les jambes et les bras, variant tout au long de la journée, de la semaine, du mois, de l'année.

Le patient fibromyalgique a tout ou partie des symptômes suivants :
Une asthénie (fatigue généralisée) (difficultés à se tenir debout, à se lever)
Troubles du sommeil *
Colopathie fonctionnelle *
Céphalée chronique (maux de tête) *
Paresthésies (fourmillements) des extrémités *
Douleurs musculaires, osseuses, des articulations, des tendons *
Fatigue psychique, sensation de vide psychologique, regard vague*
Irritabilité générale (au toucher, aux solicitations, au bruit*, à la lumière, à la présence d'autrui, à des odeurs inhabituelles*, à l'odeur de nourriture, etc.)
Pensées suicidaires constantes, dépression nerveuse
Impatience
Besoin de consommer des carbohydrates (gateaux, pain, pommes de terre, frites, etc.) *
Troubles assez sévères de la mémoire à court terme *
Sensations de brûlures, de coups, de bleus, d'écrasement, d'arrachage, etc. *
Trouble du système digestif (dhiarrées, ballonnements) *
Désèchement et brûlure des yeux
Insomnie, grande difficulté à dormir et à se régénérer lors du sommeil *
Chaleur extrème au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds (besoin de passer ses mains et/ou ses pieds sous l'eau du robinet pour soulager la douleur)
Très grande difficulté à se concentrer*, surtout pour lire, pour se concentrer sur ce que dit un interlocuteur
Tremblements, sensations de faiblesse *
Sensation d'avoir le corps rouillé, rigide*.
Les symptômes de la fibromyalgie sont agravés dans les conditions suivantes:Stress Bruit, musique, enfants qui crient *
Entourage de personnes
Manque de protéines dans l'alimentation (ex. manque de viande rouge, d'œufs)
Quantité de nourriture insuffisante (indispensable de manger copieusement)
Quantité insuffisante de sommeil *
Lever trop tard le matin (indispensable de ne pas se lever trop tard le matin, pas plus de 8h de sommeil) *
Effort physique trop important (faire le ménage suffit à déclencher une crise) *
Gros soleil *et canicule: maux de tête, vomissements et agravation de l'affaiblissement physique général. Pour certains patients les cycles correspondent à :une barosensibilité *- réaction aux changements de la pression atmosphérique, une hygrosensibilité *- réaction au taux d'humidité, une thermosensibilité *- réaction à la température. On parle globalement d'hypersensibilité.
S'ajoute une fatigue dite "chronique" réactionnelle (à ne pas confondre avec le syndrome de fatigue chronique*, que peuvent avoir en plus certain fibromyalgiques). Un enchaînement dans le sens "fatigue de l'organisme" (attaques virales, infections répétitives, résistances), puis syndrome de fatigue chronique, puis fibromyalgie est plus que probable pour certains.
Chaque fibromyalgique à ses cycles, ses symptômes, d'intensités et de durées variables.

Un tiers des fibromyalgiques présentent une dépression, voire un état névrotique de type hystérique, pour certains du type réactionnel (charge psychologique, atteinte neurologique sévère). Cependant, statistiquement les fibromyalgiques ne présentent pas un terrain dépressif et/ou psychiatrique prédisposant supérieur au reste de la population.

Il existe diverses formes de sévérités à la fibromyalgie, pouvant éventuellement correspondre à diverses causes.La problématique est de trouver une échelle (un marqueur) de sévérité fiable, inexistant du fait qu'aucun marqueur n'a encore été mis à jour.Certains travaux de recherches tendent à ce qu'il existe une corrélation entre substance P (un neurotransmetteur) et sévérité.
Les examens complémentaires :
Une caractéristique importante à retenir est l'absence d'un syndrome inflammatoire biologique. Ceci signifie qu'aucune analyse (que ce soit de sang, d'urine, de liquide céphalo-rachidien, ...) ne montre quoi que ce soit d'anormal.La recherche d'un foyer inflammatoire chronique est utile. Il peut s'agir d'une affection touchant une dent, un sinus, un intestin ou d'une pathologie gynécologique, entre autres.Les examens complémentaires vont donc permettre non pas de poser le diagnostic de fibromyalgie, mais d'éliminer d'autres diagnostics avec lesquels on pourrait la confondre.
Les analyses doivent porter sur les éléments suivants :
Glycémie
Numération formule sanguine (nombre de globules blancs, de globules rouges et de plaquettes)
Vitesse de sédimentation
Protéine C. réactive
Ionogramme sanguin
CPK
Transaminases
Taux de phosphore et de fer dans le sang
Anticorps antinucléaires
Enzymes musculaires
TSH
Facteurs rhumatoïdes
Calcémie (taux de calcium dans le sang)
Recherche d'auto-anticorps (antinucléaire, anti mitochondries, etc...)
Recherche d'une sérologie d'hépatite virale
.
Habituellement, ces examens sont normaux.
Diagnostic différentiel :
Le diagnostic de fibromyalgie ne peut être porté qu'après avoir éliminé d'autres affections telles que :
La polyarthrite rhizomélique
Une arthrose généralisée
Une polyarthrite rhumatoïde
Une polymyosite
Une connectivite
Un rhumatisme inflammatoire
Une dépression
Un stress
Une pathologie du sommeil (syndrome d'hyposommeil)
Une asthénie chronique
Des perturbations psychologiques susceptibles d'entraîner des contractures musculaires. (contractures musculaires psychogènes)
L'hypothyroïdie
Le syndrome de Gougerot-Sjögren
La pseudoarthrite rhizomélique
La myofasciite à macrophages
Le syndrome parkinsonien
La névralgie cervico-brachiale
L'épicondylalgie
Un névralgie d'Arnold
La périartérite scapulohumérale
La lombalgie
La sciatique
La dorsalgie
La cruralgie
Le syndromede Tietze
La périartérite de hanche
La gonarthrose
La tendinite de la patte d'oie (localisation à la face interne du genou)
Pour plus d'infos, se référer à l'encyplopédie Médicale deVulgaris

lundi 21 janvier 2008

AVERTISSEMENT






Juste pour vous dire que non pas que ce blog est censuré mais juste une précision concernant" les produits miracles".

J'entends par "produit miracle " ce qui se trouve en vente sur Internet par ex., donc des produits non prescrits et qui coûtent généralement CHERS même très chers !

La nature humaine étant ce qu'elle est, de tout temps, des personnes ont profité de la détresse d'autres personnes pour faire du gain, du profit. Et ca continue.
J'ai moi même fais cette expérience qui ne m'a rien apporté de bénéfique sauf celle d'avoir été prise pour un pigeon.

Je respecte chacun d'entre vous mais je vous demanderai de ne pas citer de "produits miracles", et de sites commerciaux sur le fibromyalgie dans vos commentaires.






Merci






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...